Conservation au parc de la Gatineau

Le parc de la Gatineau est le parc de conservation de la région de la capitale nationale. On y enregistre 2,7 millions de visites par année. Sa biodiversité est riche, ses habitats et ses écosystèmes protégés sont très diversifiés et l’on y dénombre différentes espèces en péril. À titre d’intendante du parc, la CCN a pour rôle de conserver et de protéger ces trésors naturels pour que les prochaines générations puissent continuer de les apprécier et d’en profiter.

Priorités de conservation

Le Plan de conservation des écosystèmes du parc de la Gatineau traite de six principales priorités et oriente la protection des ressources naturelles fragiles du parc. Voici les six priorités :

  • Protéger la biodiversité.
  • Protéger les espèces en péril.
  • Limiter la fragmentation des habitats.
  • Protéger les zones de continuité écologique.
  • Limiter les pressions liées aux activités humaines.
  • Poursuivre la recherche pour favoriser une approche de gestion des écosystèmes basée sur l’intégrité écologique.

Selon le plus récent rapport sur l’état des écosystèmes du parc de la Gatineau, l’état général du parc de la Gatineau est « bon ».

Les terrains et les plans d’eau du parc de la Gatineau

Le parc fait partie du Bouclier canadien, composé de roches précambriennes qui se sont formées il y a plus d’un milliard d’années. Les mouvements tectoniques et les glaciers ont façonné les collines vallonnées, les terrains plats, les roches dénudées et les escarpements raides qu’on y voit aujourd’hui. L’escarpement d’Eardley est la ligne de démarcation entre le Bouclier canadien et les basses terres du Saint-Laurent.

Il y a plus de 50 lacs dans le parc de la Gatineau, dont le lac Pink, l’un des 58 lacs méromictiques connus en Amérique du Nord. En plus des lacs, des ruisseaux et des rivières, le parc compte plusieurs milieux humides.

Cinq écosystèmes et deux habitats du parc de la Gatineau ont une grande importance écologique.

Écosystèmes valorisés

  • Lac la Pêche
  • Plateau d’Eardley
  • Escarpement d’Eardley
  • Plateau du lac Pink
  • Chaîne des trois lacs : lacs Philippe, Mousseau (Harrington) et Meech.

Habitats valorisés

  • Tourbière Folly
  • Lac des Fées

Ces écosystèmes et habitats valorisés abritent bon nombre des espèces animales et végétales en péril du parc.

Faune

Le parc de la Gatineau abrite une faune nombreuse, dont des milliers d’invertébrés, une dizaine d’espèces de reptiles et une quinzaine d’espèces d’amphibiens. On y dénombre plus de 50 espèces de mammifères, dont le cerf de Virginie, le castor, l’ours noir et le pékan. Près de 230 espèces d’oiseaux ont été repérées dans le parc.

Flore

Le parc de la Gatineau est riche d’espèces végétales que l’on ne trouve nulle part ailleurs au Québec. On y recense environ 1 000 espèces de plantes vasculaires et 50 essences d’arbres.

Espèces en péril

Environ 90 plantes et 50 espèces animales du parc sont en péril au Québec ou au Canada, dont celles-ci :

  • une des plus grandes populations d’ail des bois du Québec
  • 80 % de la population de cèdres rouges du Québec, une espèce rare
  • le loup de l’Est
  • le petit blongios
  • une partie de la seule population de tortues mouchetées connue au Québec

Le parc abrite aussi la seule population de porte-queue du genévrier connue au Québec.